Découvrez le top des ventes de vinyles actuellement

  • The Wall (Double Vinyles)
    Record Label: Emi Catalog#: 0298831 Country Of Release: NLD Year Of Release: 2012
    31,99 €
  • Power Up
    Power Up Vinyle Rouge Opaque
    21,98 €
  • 70s Groove: Funk & Soul Vinyle coloré - Version rose - Lamont Dozier, Ike Turner, Bill Cosby, Musique et Grandes Succès Années 70
    21,90 € 22,99 € -5%
  • Mes matériaux cricut - 100% vinyle
    12,90 €
  • Reason [Double vinyle +CD]
    22,99 €
  • Une histoire du rock en 202 vinyles cultes
    35,00 €
  • Rock and Roll N°1-Seconde Édition-EP Blanc [Import]
    15,99 €
  • Soul Greatest Hits
    40,63 €
  • Nevermind
    1 - Smells like teen spirit 2 - In bloom 3 - Come as you are 4 - Breed 5 - Lithium
    23,84 €
  • Thriller
    Michael Jackson- Thriller Wanna Be Startin' Somethin' Baby Be Mine The Girl Is Mine Thriller Beat It Billie Jean Human Nature P.Y.T. (Pretty Young Thing) The Lady In My Life
    17,99 € 19,99 € -10%

La tendance du vinyle : un come-back mérité ?

C’est dans les années 80 que, dans l’industrie de la musique, que le disque vinyle a commencé à être déplacé par l’émergence d’un nouveau format : le CD. Plus pratique et un son plus propre… Avec les avantages qu’offrait ce nouveau support, il semblait acquis que les vinyles allaient connaître leur dernière glore ; cependant, trois décennies plus tard, ils ont refait surface.

Ni Spotify, ni aucun autre service de musique en streaming n’avaient prévu ce retour… Le format qui a généré le plus de revenus en 2020 est le disque vinyle, qui a connu une croissance exponentielle ces dernières années, atteignant son plus haut niveau depuis 1988. Mais, comment est-il possible qu’à une époque où les formats numériques nous permettent d’accéder à la musique à tout moment et en tout lieu, les formats analogiques soient ceux qui connaissent la croissance la plus rapide ? La clé est une combinaison de son et d’expérience.

Le vinyle : a-t-il un meilleur son qu’un CD ?

La réponse est non. En fait, il ne sonne ni mieux ni moins bien : il sonne différemment. Pour comprendre les différences entre eux, il faut le savoir :

  1. Alors que le vinyle, étant un format analogique, est (en théorie) une reproduction exacte de l’onde sonore originale ; les CD, en raison du processus de conversion au format numérique, subissent une perte d’information qui les empêche de stocker toute l’onde sonore.
  2. Le son supposé plus « fiable » est l’un des arguments utilisés par les plus grands défenseurs du vinyle ; cependant, il est prouvé qu’en raison des limitations physiques de la lecture, le vinyle ne peut pas reproduire avec précision le son tel qu’il a été enregistré. En d’autres termes, le son lui-même est stocké tel quel, mais il ne nous parvient pas de cette manière.
  3. Afin d’éviter les distorsions, le vinyle nécessite une gamme dynamique plus limitée (la différence entre la note la plus haute et la plus basse) qui entraîne une perte des niveaux d’aigus. Ainsi, les fans de ce type de support définissent le son comme étant plus « chaud » et agréable à l’oreille, alors que le CD peut être plus froid.
  4. Une autre caractéristique attribuée au vinyle est qu’il offre un son plus « plein » ou plus épais. Ceci est dû à la distorsion et aux vibrations qui provoquent des ondes sonores provenant des haut-parleurs et le balancement de l’aiguille sur les sillons.

Sachant tout cela, il est clair que nombre des vertus attribuées au vinyle sont en fait des défauts ou des limites de sa technologie, mais beaucoup disent que cela fait partie de son charme. Et bien que les platines de disque et autres accessoires se soient considérablement améliorés par rapport à ceux des années 80, offrant aujourd’hui un son beaucoup plus propre, il ne fait aucun doute que l’un de ses principaux attraits réside dans la nostalgie qui vous donne ce bourdonnement familier causé par l’aiguille ou les sauts et « clics » résultant des défauts du sillon… En bref : des attraits rétros et il n’y a rien qui évoque mieux la musique des années 50, 60 et 70 qu’une platine de disque.

Rituel du vinyle : Plus un rituel que de la musique

Au-delà des spécifications techniques ou des tendances, il ne fait aucun doute que le vinyle apporte un sentiment de « rituel » à l’écoute de la musique. Aujourd’hui, il existe des choix intéressants de platines de disques portables ; cependant, le vinyle n’a toujours pas la capacité des médias numériques d’être présent partout et à tout moment (nous écoutons Spotify dans le métro, dans la rue, pendant que nous travaillons…), c’est donc une expérience totalement différente : avec le vinyle, il s’agit d’écouter la musique et de ne rien faire d’autre. Nous entrons dans une pièce, nous glissons nos mains sur les disques de l’étagère jusqu’à ce que nous trouvions celui qui nous plaît, nous le manipulons avec amour et soin pour ne pas l’abîmer…

Ce n’est plus un marché réservé aux collectionneurs et aux amateurs de brocantes et de vintage : le vinyle réapparaît et retrouve des adeptes parmi ceux qui recherchent un son différent et de nouvelles expériences. Peut-être est-ce une mode ou peut-être que cela durera (jamais avec le succès précédent de l’arrivée du CD)… En tout cas, les mégalomanes devraient se réjouir que ces deux options soient disponibles -vinyle ou digital-. Chacun à son époque… Chacun parfait.